Série Mondiale de paratriathlon

Edmonton est la troisième escale de la Série mondiale de paratriathlon ITU. Le para-triathlon a fait ses débuts au programme olympique aux Jeux de Rio au mois d’août dernier. Le Canadien Stefan Daniel en est sorti avec la médaille d’argent en catégorie P4. Stefan sera sûrement l’un des compétiteurs en lice en 2018!

Vous cherchez à vous inspirer? Rien de mieux que cette compétition élite de vendredi soir.

Natation Cyclisme Run
750M 20KM 5KM 

Toutes les fédérations doivent contacter/compléter et soumettre à athletes@edmontontriathlon.org les formulaires ci-dessous sur les dispositions de voyage et de transport pour athlètes élites.

Les catégories de para-triathlon incluent :

PTHC – fauteuil roulant. Les athlètes doivent se servir d’un vélo à main, propulsé par les bras, et un fauteuil de course pour la course à pied. Il y a deux sous-catégories, H1 (plus handicapé) et H2 (moins handicapé); 

PTS 2 – Handicaps sévères. Au vélo comme à la course à pied, les athlètes amputé(e)s peuvent se servir de prothèses agréées ou d’autres aides à la mobilité ; 

PTS 3 – Handicaps significatifs. Au vélo comme à la course à pied, les athlètes peuvent se servir de prothèses agréées ou d’autres aides à la mobilité ;

PTS 4 – Handicaps modéré. Au vélo comme à la course à pied, les athlètes peuvent se servir de prothèses agréées ou d’autres aides à la mobilité ;

PTS 5 – Handicaps légers. Au vélo comme à la course à pied, les athlètes peuvent se servir de prothèses agréées ou d’autres aides à la mobilité ;

PTS 6 – Déficience visuelle totale ou partielle (sous-catégories B1, B2 et B3, selon les règles IBSA/CIP) : comprend les athlètes qui sont complètement aveugles, de ceux et celles ayant une absence de perception de lumière aux deux yeux jusqu’à ceux et celles avec un certain degré de perception de lumière (B1) et les athlètes malvoyants (B2, B3). Un guide est obligatoire tout au long de la compétition. L’athlète se sert d’un vélo tandem pour l’étape de cyclisme.